VAB ATILA

Automatisation des TIrs et Liaisons de l’Artillerie

Avec le système de commandement informatisé mis en place dans les régiments d’artillerie nucléaire PLUTON, le système ATILA est le premier système informatisé de commandement à équiper les régiments d’artillerie canon. Le système ATILA ne pouvait donner des éléments que pour les canons et non les tubes de mortiers et était incompatible avec les différents systèmes OTAN. Il n’est plus en service dans les régiments, il est maintenant remplacé par le système ATLAS CANON.

 

VAB  RATAC

Radar de Tir de l'Artillerie de Campagne

Le RATAC est dérivé du radar RASIT (Radar d'Acquisition et de Surveillance des InTervalles) qui équipe les éléments d'éclairage et d'investigation des brigades. Les VAB RATAC étaient équipés du Coffret Message Source (CMS) du système ATILA, qui leur permettait de transmettre, par voie digitale, des messages sur le tir, le renseignement, ou le compte rendu de position. Ces informations sont transmises au PC de commandement, qui retransmet alors aux pièces qui n'ont plus qu' à aller se placer.
Ce système est cependant limité, car utilisable seulement avec les pièces de 155mm, donc incompatible avec les mortiers de 120mm et le système ATILA LRM. Il n'est pas non plus utilisable avec des artilleries alliées. Le système ATILA est aujourd'hui remplacé par le système ATLAS CANON, utilisé avec un terminal TTO.
Le radar RATAC est un radar à effet Doppler, il ne peut donc acquérir et localiser que les engins en mouvement. Le RATAC ne possède pas la capacité tout temps. Il est inopérant en cas de grêle ou de neige, il complète ainsi le travail des VAB OBS, inopérants en cas de brouillard.
Il est utilisé pour la détection d'objectifs mobiles jusqu'à 20 km et permet la mise en place des tirs d'artillerie jusqu'à 16 km.
L'engin est utilisé pour la détection de cibles potentielles au profit des pièces d'artilleries, et le réglage du tir de ces dernières. En batterie, l'engin est relié à un groupe électrogène de 500 Watt (24 Volts) transporté dans le véhicule. Les VAB RATAC sont rattachés à la batterie des opérations du régiment d'artillerie. Cette batterie comprend une section RATAC.
Performances de détection :
Piéton : 8 km   Véhicule léger : 15 km   Poids-lourds - chars : 20 km    Hélicoptère : entre 8 et 20 km

Equipage : 5 hommes (un opérateur radar; un opérateur table traçante ; un radio ; un navigateur, un pilote).

 

 

 

 

 VAB  RASIT

 

Le RASIT permet la détection, la localisation en gisement et distance, la reconnaissance et la poursuite d'objectifs mobiles dans un rayon de 40 km.
Il est également équipé d'un mode ECARTOMETRIE, qui permet le guidage des tirs d'artillerie.
Equipage : 4 hommes (un chef d'engin, un pilote et deux opérateurs).

 
 
 

VAB VOA


Le VAB "OBS" OBServateur est entré en service au sein de l’artillerie française vers la fin des années 90, au sein des unités suivantes, à raison de 12 engins répartis théoriquement en trois sections d’observations (DLO ou détachement de liaison et d’observation), au sein d’une batterie regroupant Observateur, section RATAC et EOP, radar SIROCCO et PC régimentaire :
L’engin est basé sur le VAB Renault MIDS (moteur diesel turbo), greffé du système DANAOS (Day and night artillery observation system) de la société Sagem.
Caractéristiques du véhicule porteur :
Performances similaires aux VAB de transport de troupe, avec un surpoids de 750 kg du aux matériels embarqués le rendant impropre à toute navigation (malgré la présence des hydrojets).
Equipé d’un navigateur terrestre inertiel et gyroscopique Odomètre Doppler et Mécanique, donnant en temps réel la position en coordonnées métriques du véhicule.
Equipage : 4 hommes : Officier Observateur, Sous-officier Observateur, Radio-navigateur, Pilote
Le système d’observation d’artillerie :
Il consiste en un tourelleau d’observation d’artillerie (TOA), composé de différents organes :
Une binoculaire à grossissement variable ;
Une caméra thermique CASTOR NEC (amélioration de la castor classique) pour la vision de nuit, avec 3 moniteurs (un en tourelle, un sur l’arrière du véhicule et un à l’avant pour le chef d’engin);
Un télémètre laser TSM303 (1.54 nanomètres) à sécurité oculaire pouvant mesurer des distance jusqu’à 20 km (Utilisation impossible en cas de brouillard car le faisceau émis est alors brouillé) ;
Un terminal électronique permettant l’envoi des messages de tir (Coffret Message Source Modernisé pour le système ATILA et TTO pour le système ATILA) ;
Une arme d’autodéfense à commande électrique (mitrailleuse AANF1 de 7,62 avec 3200 coups).
Le tout est contrôlé par le sous-officier en tourelle ou par l’intermédiaire d’un boîtier commande TPO (Terminal Portable d'Opérateur) déporté à l’avant ou à l’arrière du véhicule.
La partie transmission consiste en un équipement d’interphones, et de 3 postes de type PR4G [2 postes ER315 et un ER314 (avec clé de portage permettant la démotorisation de l'équipe, souvent en cas d'héliportage de l'ELO)] [Les postes PR4G sont utilisés pour les transmission VHF/FM nécessitant un haut niveau de protection aux brouillages (CCME, Contre Contre-Mesure Electronique)] pour les liaisons radio (un affecté à l’envoi par compression de données, un pour la liaison avec l’interarme, et un pour la liaison avec le PC régimentaire et chef de détachement d’observation).
Performances du système :
Valables pour l’ancien système d’automatisation des tirs et des liaisons de l’artillerie (ATILA) désormais remplacé par le système ATLAS.
Télémétrie : Précision du télémètre : +/-5m à 10km de distance    Portée : 20 km
Système de navigation :  Répond aux exigences du tir d’emblée (tir effectué sans réglage préalable), c’est à dire moins de 2 millièmes d’erreur en orientation et 20m en écart probable circulaire.
Le système de navigation inertiel est couplé en permanence aux systèmes d’acquisition.
Ainsi le système permet de localiser avec une erreur inférieure à 20m les coordonnées métriques de la position de la cible, permettant ensuite l’envoi d’un message pré-formaté au Poste de Commandement du régiment d’artillerie.
Les batteries désignées pour le tir ont ensuite deux minutes pour traiter l’objectif.
Emploi Interarme :
Le VAB OBS est destiné à appuyer la manœuvre d’une compagnie d’infanterie ou d’un escadron de cavalerie légère.
L’unité d’observation est une section, comptant 1 VLTT P4, 1 VAB CTM (centre de télétraitement mobile) et trois VAB OBS.
Cette unité est mise à la disposition d’un régiment de mêlée, qui dispose ainsi d’une équipe d’observation par compagnie ou escadron engagé.
Cette équipe est sous les ordres du commandant d’unité (escadron ou compagnie), et participe, tout comme n’importe quel autre équipe de la compagnie appuyée, à la manœuvre de l’unité.

 

 

VAB VIT

Le Véhicule d'Implantation Topographique est un VAB équipé d'un navigateur inertiel terrestre et d'un goniomètre destiné à fournir aux unités d'Artillerie des points de recalage topographique Il équipe les sections de reconnaissance des Régiments d'Artillerie.