1997 VEXTRA    Véhicule Blindé Modulaire

 

L'armée française a lancé, dans les années quatre-vingt, le programme de développement d'un nouveau véhicule fondé sur les caractéristiques militaires suivantes :

La mobilité stratégique d'un camion. Ce véhicule doit se déplacer rapidement (100-120 km/h), de façon autonome, sans générer de nuisances telles que bruit ou dégradation des routes. Tout ceci militait en faveur d'un véhicule à roues. L'armée française avait déjà pris cette option dès les années soixante-dix en mettant en oeuvre le char canon à roues AMX-10 RC et le Véhicule de l'Avant Blindé (VAB).

La mobilité tactique d'un char. Certains de ces véhicules de la famille VBM sont destinés à accompagner les chars de bataille, notamment le Leclerc. Une mobilité tactique de haut niveau est donc indispensable. Grâce au progrès des pneumatiques qui sont à la fois plus souples et plus résistants, ceci est maintenant rendu possible avec des véhicules à roues. Pour bénéficier du spectre complet des performances de ces pneumatiques, il faut prévoir un dispositif de gonflage centralisé qui permet d'ajuster rapidement la pression aux conditions de roulement et ainsi de descendre avec des véhicules à roues jusqu'à des pressions au sol équivalentes à celles d'un char de bataille.

Le volume intérieur maximal. Le volume intérieur doit également permettre au personnel embarqué de vivre à bord vingt-quatre heures ou plus en cas de menace NBC et d'être en état de combattre à tout moment. Ces contraintes impliquent un accroissement du volume intérieur de l'ordre de 50% par rapport aux véhicules précédents.

Logistique simplifiée et bas prix. Cette exigence est satisfaite par l'utilisation de produits du commerce, employés principalement dans l'industrie du poids lourd, ainsi que par le concept modulaire du véhicule permettant de conserver la plus grande communauté de composants entre les différents engins de la famille.

Un besoin mondial. Les réflexions de l'armée française concernant VBM ne sont pas isolées. D'autres armées ont des programmes du même type notamment l'Allemagne, avec laquelle une coopération est souhaitable mais aussi la Grande-Bretagne et le Canada. Tout ceci représente un marché mondial de l'ordre de 15 000 véhicules - si l'on excepte les États-Unis et la CEI - Pour répondre à ces besoins GIAT Industries a lancé sur fonds propres la fabrication d'un véhicule expérimental : le Vextra. Afin de respecter toutes les caractéristiques militaires exigées par l'armée française, il a fallu trouver un équilibre entre les différentes contraintes contradictoires. Ces réflexions ont conduit à un véhicule d'une hauteur d'environ deux mètres et d'une largeur de trois mètres (maximum autorisé pour le transport routier sans escorte de police). Une transmission de mouvement latérale (en H) et le fait que seules Ies roues avant soient directrices ont permis d'obtenir un volume intérieur suffisant pour y loger un maximum de personnes ou d'équipements Afin de permettre un rayon de virage réduit (virage sur 15 mètres entre des murs), un pilotage différentiel reproduit l'effet skid steering des chenillés, qui vient s'ajouter au système des roues directrices.

Vextra est un véhicule expérimental conçu pour étudier différentes solutions techniques. Sorti des ateliers moins de deux ans après le début de son développement. Vextra a été expérimenté depuis le 7 mars 1994 :

il a atteint les objectifs de vitesse maximale (120 km/h), de diamètre de virage (inférieur à 15 mètres entre murs), d'accélération, de freinage et de franchissement.

La France et l'Allemagne ont décidé de coopérer et les états-majors ont publié en mars 1993 des spécifications communes. En parallèle, les industriels français et allemands ont opté pour la coopération et la mise en commun de leurs expériences (GIAT Industries, Krauss-Maffei, Mercedes-Benz et Panhard).

Caractéristiques du Vextra :

Longueur : 8,56 m Largeur : 3,36 m Hauteur : 3,45 m
Poids : 24,5 t. 27 t en "ordre de combat" : 27 t. Charge utile : 6 t.
Moteur : 1 Diesel V-8 SCANIA développant 600 ch
Vitesse maximale : 120 km/h Distance franchissable : 800 km
Boite de vitesses : 7 rapports automatiques. Transmission : en H.
Essieux directeurs : 2 essieux avant. Différentiel central : piloté pour réduire le rayon de virage.
Suspension oléopneumatique.
Equipage : 4 hommes


Armement :
- 1 canon GIAT de 105 mm à âme rayée (49 obus)
- 2 mitrailleuses de 7.62 mm

Sources : Documention GIAT.