1952 Fouga VP90

par Daniel Rabbe 

Les Etablissements Fouga de Béziers avaient d'abord proposé en 1934 un concurrent face à la chenillette Renault UE 2 sans succès. Fouga récupéra une partie de son investissement en participant à la production en masse de cette chenillette avant la guerre. Quand il fallut rééquiper l'armée française, après la guerre, certains stratèges français imaginaient encore que ce type d'engins avait de l'avenir. En 1952, Fouga proposa une chenillette dénommée VP 90 pour Véhicule de Patrouille 90km/h. 

 Chenillette Fouga VP90

                                                                            La chenillette du Musée de Saumur

Caractéristiques Physiques
 
Longueur de caisse : 3,45 m
Largeur : 1,90 m
Hauteur : 0,80 m
Masse en charge : 2,5 t
 
 Mobilité 
 
Moteur : Porsche 1,6 l
  Vitesse maximum : 90 km/h
 
Equipage
 
2 hommes
 
 
 

 

 
Malgré la réalisation entre autre d'un prototype armé d'un canon sans recul de 75mm, l'engin ne fut jamais adopté par la France, la saison des chenillettes militaires était passée, au moins en Europe. En effet Hotchkiss continua le développement de cette chenillette et une version évoluée (chenille plus large, train de roulement et habitacle modifiés) fut testée  et adoptée en petite série sous le nom de HB40 par les expéditions polaires françaises.
 
L'évolution ultime de cette chenillette sera un prototype de "Carro Militaro de Reconhecimento Vete T-1 A-1" réalisé par la société brésilienne Cutia en 1966.