1944 M 36 B2 TANK DESTROYER
 
Dès avant l'entrée en service du M 10, des études avaient été entreprises en vue de monter sur le même châssis le canon antiaérien de 90/50. L'idée d'armer un automoteur avec cette pièce lourde remontait à octobre 1942, mais on se rendit rapidement compte de l'inaptitude de la tourelle du M 10 à recevoir une telle bouche à feu.
Il fut alors envisagé d'utiliser à cette fin la tourelle étudiée pour un nouveau char lourd, précisément prévu pour être armé du 90/50. Les emprunts portèrent non seulement sur le canon, mais sur tous les mécanismes de pointage en site et en azimut, et sur la télémétrie. Ils permirent d'entreprendre dès mars 1943 la mise au point de ce nouvel automoteur chasseur de chars, le T 71, achevée en novembre et suivie d'une première commande de 500 exemplaires.
Pour le T 71, l'armée américaine avait préféré le moteur Ford du M 4 A3 au double diesel Grey Marine du M.10 Extérieurement les châssis du T 71 et du M 10 étaient pratiquement identiques.
Bien entendu, l'aménagement interne présentait quelques différences, en raison de la plus grande longueur des munitions de 90 mm en particulier. La génératrice auxiliaire était transférée dans le compartiment moteur et la structure avait reçu quelques modifications. La nouvelle tourelle était de forme arrondie et possédait un embryon de "panier" lui permettant de tourner avec le chef de char, le tireur et le chargeur demeurant à leur poste de combat.
Le contrepoids était fixé intérieurement et le profil de la tourelle était plus lisse.
Ce nouveau chasseur de chars reçut son homologation en juin 1944 sous la dénomination de 90 mm Gun Motor Carriage M 36 (Automoteur de 90 mm M 36).
 
Utilisé en Indochine par l'armée française, le M 36 devait initialement être déployé en protection à la frontière chinoise.
Il était généralement employé dans un rôle d'appui-feu.
Fin 1952, 12 M 36 B2 sont livrés au Tonkin en remplacement de Sherman M 4 A1 dont ils reprennent les noms de baptème.
Ils formèrent 3 pelotons appartenant aux 3 régiments blindés
du Tonkin, à savoir le 1er R.Ch., le RICM et le RBCEO.
Par la suite 3 autres escadrons ont été équipés de M 36.
(Informations Col. Michel Thouvenin)