Image

 

 

 JOURNAL DE MARCHE DU

46e BATAILLON DE CHARS DE COMBAT

 

 

ENCADREMENT
Chef de Bataillon BESCOND, Commandant le Bataillon
Capitaine BLANDIN DE CHALAIN, Chef d'Etat-Maior.
Lieutenant COTTENCEAU, Adjoint Technique.
Lieutenant TOURTEL,
Officier de Liaison.
Lieutenant GOUGELOT, Officier de Renseignements.
Lieutenant CLAVE, Officier des Transmissions.
Sous-Lieutenant SARRON-BOURNET.
1ère COMPAGNIE 2e COMPAGNIE 3e COMPAGNIE           COMPAGNIE D'ECHELON
Capitaine BIBES
Lieutenant ARTIGAU
Lieutenant ANDRERATHY
Aspirant COCHET
Lieutenant PELLERIN
Sous-Lieutenant BALLOT
Aspirant PINCEMIN
Lieutenant PERRiN
Sous-Lieutenant KREBS
Sous-Lieutenant RAYMOND
Lieutenant MAYER
Capitaine KIEFFER
Lieutenant SCHMIDT
Sous-Lieutenant de FEYDEAU
Sous-Lieutenant GOHIN
Lieutenant SOLIER
Lieutenant VINCIGUERRA
Lieutenant HENRION
Lieutenant LEGRET
Lieutenant de MONET
Aspirant GOULIER
Lieutenant BUCHSENSCHUTZ
Capitaine MENET
Lieutenant BRESSON
Sous-Lieutenant VADON
Aspirant ROBLOT
Lieutenant FORRER
Lieutenant LETOURNEUR
Sous-Lieutenant MOYNE
Lieutenant KRESSMAN
Sous-Lieutenant DEHORME
Sous-Lieutenant MICHEL
Lieutenant FOUR
Capitaine DEBRUYNE,
puis Lieutenant BUCHSENSCHUTZ
Lieutenant CARTERET,
puis Lieutenant SCHMIDT Adjoint
Lieutenant RIOU Approvisionnement
Lieutenant REYNAUD, Dépannage
Sous-Lieutenant MAURAGE, Atelier

 

 

 

I.  28 AVRIL - 15 MAI 1940

28 AVRIL-12 MAI.

Le bataillon perçoit son matériel et constitue ses unités.

13 MAI

Alerté dans ses cantonnements de Mesvres et de La Charité-sur-Loire.

14 MAI

L’ordre d’embarquement parvient au bataillon. Sept trains sont en gare de La Charité-sur-Loire. Embarquement de nuit.

15 MAI.

Les difficultés d’embarquement sont nombreuses. Le premier train part à 9 heures. Les transports s’effectuent (au milieu des bombardements) par Creil puis Longeau où les voies partiellement détruites font dérouter les convois par Amiens, Montdidier, Estrées­Saint-Denis, Villers-Cotterets et Soissons.

II.  16 MAI 1940 - 7 JUILLET 1940

16 MAI

A 10 heures, les 1ère et 2e compagnies débarquent à Crouy (nord de Soissons). Mouvement par Laffaux, Chavignon, Urcel,  Laval-et-Bruyères (5 km est de Laon). Le bataillon est affecté à la 4e DCR qui prescrit son engagement pour le lendemain à l’aube. Ordre d’attaque du Commandant de la 4e DCR. Base de départ Lisières est des bois de Samoussy. Objectif Montcornet, Heure H = 4 heures.

17 MAI

A 4h15 les deux compagnies arrivent à leur position de départ. Les postes radios sont réglés, aucun code n’ayant été donné, les équipages correspondront en clair, les noms des chefs de chars étant pris comme indicatifs.

1ère Cie en tête ; direction Montcornet, attaquer ses lisières puis se replier sur Samoussy.

A 4h30, les 22 chars du bataillon partent. Gizy est passé sans encombre, à Liesse un fort encombrement retarde la colonne. Après le passage du pont de chemin de fer au sud de Chivres, la compagnie de tête détruit une colonne motorisée ennemie dont les véhicules sont rapidement transformés en brasier.

Profitant d’une accalmie de l’incendie, la colonne reprend sa marche, parvient sur le plateau où les chars peuvent se déployer. Les unités atteignent Chivres, Bucy et Clermont. Dès la sortie de Clermont, des avions ennemis attaquent nos appareils en piqué, à la mitrailleuse et à la bombe, les chars ripostent sur les Messerschmitt et les font fuir.

A 11 heures, après 6 heures et demie de marche, l’essence diminuant les chars se replient.

Les unités se regroupent à l’entrée ouest de Bucy où s’effectue le ravitaillement.

A 16 heures reprise de l’attaque de Montcornet  avec la mission suivante : parvenir à portée de canon du village, en neutraliser les lisières jusqu’à l’arrivée de l’infanterie, puis rallier Bucy. Dix appareils seulement sont susceptibles de repartir. En colonne les chars débordent Clermont par la droite après avoir copieusement arrosé les lisières, poursuivent leur progression ; ils se déploient devant, la Ville-au-Bois. Le bombardement commence. Tant au 75 qu’au 47 et à la mitrailleuse, les lisières sont copieusement battues. Le BERRY AU BAC tombe en panne ; le commandant qui avait pris place dans cet appareil passe dans le SAMPIERO CORSO. Les chars se replient, repassent au sud de Clermont et se dirigent sur Bucy. Durant ce repli une vague d’avions ennemis les attaquent en piqué. A 18h45 l’essence va faire défaut ; quant aux munitions, elles sont à peu près épuisées. A 21 heures, le bataillon est regroupé à Chivres ; il n’y a plus qu’une dizaine d’appareils. Le char du commandant et les deux qui l’accompagnaient ne sont pas de retour.

18 MAI

A minuit à Liesse la colonne se porte sur Samoussy où elle parvient à 1 heure (PC de la demi-brigade) et est rejointe par la 3e Compagnie. Les équipages sont épuisés. Le Capitaine de Chalain prend le commandement du bataillon.

A 14 heures, des colonnes ennemies sont signalées au nord du bois. Les renseignements qui parviennent sont imprécis, l’insécurité est totale, les équipages sont maintenus en état d’alerte.

A 1 heure, le bataillon est avisé qu’il doit participer le lendemain à une attaque à l’est de Laon, et à 23 heures les ordres parviennent. Les éléments sur roues et la CE vont stationner à Laval.

19 MAI

A 2 heures, le bataillon se met en marche, passe à Athies et Laon. A 3h45 parvient à la sortie nord de Laon sur la N 367, les liaisons sont prises avec le Commandant du 4e BCP.

Missions : 1er objectif : Route de Chéry à Barenthon-Cel.

2e objectif : La Serre de Crécy à Barenthon-sur-Serre, bombarder le pont de Mortier et les passages sur la Serre.

3e objectif : Éventuellement, si l’ordre en est donné, atteindre les hauteurs au nord de la Serre (ligne Pargny-Bois-les-Prés).

Dispositif : 1ère Cie en 1er échelon. Axe de direction sur la bissectrice de l’angle des routes N 367 et 104 (bissectrice passant par Mortiers).

2e Cie à gauche : déborder le 1er échelon après le 1er objectif.

Position de départ : à hauteur de la Sucrerie et du terrain d’aviation (5 km de Laon). A 8 heures l‘objectif est atteint sans encombre. Les chars se mettent au défilement de tourelle derrière la crête Chéry, Cote 130.

De 10 heures à 14 heures, ravitaillement en essence, puis la progression est reprise. A l’ouest de Chalendry les chars sont pris à partie par de nombreux canons anti-chars de 105. Une interminable colonne de camions ennemis défile (à 4 km) sur la crête Pargny-les­Bois-Erlon.

A la nuit l’ordre de repli est donné sur LavaI, Urcel. La colonne passe à Eppes, Verlund, Parfondu et Bruyères.

Repli par la Cote 102 : Chambry, Athies, Samoussy, arrivée à 19 h.

20 MAI

Les chars restant sont réunis. A 12 h. 45, le bataillon reçoit l’ordre de se porter à Crugny (8 km sud-est de Fismes). Itinéraire : Pargny, VaiIly, Chassemy, Brame, Mont-Notre-Dame, Cherry Chartreuse, Dravigny, Arcy-le-Ponsart. Une section est chargée d’assurer l’arrière garde de la colonne. Passage à Brame à 20 heures, le mouvement se poursuit de nuit. Les équipages tombent de fatigue. Depuis six jours et six nuits, ils n’ont pas dormi cinq heures.

21 MAI

C’est péniblement que la colonne parvient à Crugny. La CE, rejoint le bataillon et procède aux nombreuses réparations. A 19 heures, nouvel ordre de mouvement.

22 MAI

A 15 heures les unités démarrent, destination Croix de St-Ouen par l’itinéraire : Arcis-le-Ponsart, Chéry-Chevreuse, Mareuil, Cramaille, Grand-Rozoy, St-Remy-Blanzy, Cercy, Forêt de Villers­Cotterets (observatoire Mangin), Compiègne, La Tour-d’en-Haut, St-Jean-au-Bois, La Malassine, Sainte-Perrine. De nombreux embouteillages retardent le mouvement. A Breugneux, les pleins sont recomplétés et à 21 heures la colonne repart.

23 MAI

A 4 heures arrivée à la Croix de St-Ouen. La CE rejoint. Les avions ne cessent de survoler la forêt. A 19 heures le bataillon reçoit l’ordre de se tenir prêt à se diriger sur Amiens. Départ 22 heures par Rivecourt, Cauly, Remy, Moyenneville, Wacquemoulin, Tricot et Montdidier.

24 MAI

Arrivée à Montdidier à 5 heures, le mouvement se poursuit sur Grivennes (15 km au nord-ouest) où le bataillon parvient à 6 heures. Nouveau déplacement sur Ainval où les chars sont placés en position d’attente dans les bois.

25 MAI

Vers 16 heures le bataillon reçoit l’ordre de se porter dans la région d’Abbeville. A 22 heures départ sur Equennes par Esclainvillers, Quiry, Paillart-Esquennoy, Cormeilles, Fontaine-Lavacquerie, Thoix, Offroy, Dargies, Labaye.

26 - 27 MAI

Stationnement à Equennes, mouvement prévu sur Abbeville dans la nuit du 27.

28 MAI

Départ d'Equennes à 3h30. Passage à Poix, Thieulloy, Hornoy, Liomey, Arguel, Frettecuisse. Le bataillon prend une position d’attente dans le bois est de la route Fontaine-le-Sec à Moirel. A 15 heures, parvient l’ordre d’attaquer le soir même Huppy. Débouché 17 heures à la lisière nord de Wacheville. Aucune troupe n’est présente au nord de Fontaine-le-Sec, Huppy ne semble pas occupé par l'ennemi, quelques éléments du 4e BCP se trouvent à St-Maxent. La colonne passe à Neuville, Fresne, Doudelainville. Les unités prennent leur position de départ à la sortie nord du hameau de Wacheville et Doudelainville. A 17h15 les chars débouchent. Une section axée sur la partie ouest de Huppy, une autre sur la partie est (le 47e BCC opère à droite en direction des Croisettes). Dès le débouché l’ennemi réagit avec ses antichars dissimulés dans les vergers. Au 75, les sections neutralisent les buissons, l’ennemi semble surpris de la rapidité de notre attaque. Les chasseurs du 4e BCP avancent lentement mais sur la gauche ils sont arrêtés par des tirs venant des lisières ouest de Huppy. Vergers, haies, meules, silos sont copieusement battus par toutes les armes. A la nuit les chasseurs parviennent aux sorties nord-ouest de Huppy. L’essence va manquer, les coffres à munitions sont vides. Les chars se replient au carrefour de N 28 et du GC 13, puis sur Wacheville où leur parvient l’ordre d’attaquer le lendemain à 4 heures.

29 MAl

A 1 heure les ordres sont donnés. Il reste 9 chars disponibles. La CE travaille à plein à Oisemont. Mission nettoyer tout le plateau de la rive gauche de la Somme au sud d’Abbeville et si possible rejeter l’ennemi au nord de la rivière.

Direction d’attaque : Huppy, Les Croisettes, Villers-Cotterets, tête de pont d’Abbeville.

A 4 heures, les chars démarrent. Sans encombre, ils parviennent aux abords du GC 1 73 entre Ecroisettes et Limercourt. Durant une heure  les appareils manœuvrent devant Villiers, battant l’estrade sur le glacis, pendant que les chasseurs du 4e BCP s’installent le long du GC 173. Les chars font un bond de 300 mètres. A ce moment l’ennemi croyant qu’ils se portent à l’assaut, déclenche des tirs de 105 antichars. Trois de leurs pièces sont neutralisées. La lutte continue pendant deux heures, les chars avancent prudemment, balayant les couverts à la mitrailleuse. Ils traversent le premier chemin de Huchenneville et lorsqu’ils arrivent au second, une troupe de 4 à 500 hommes se dresse et se précipite, sur nos appareils. Les mitrailleuses des B crachant, les 75 ouvrent le feu et en 10 minutes les assaillants tombent et tourbillonnent en tous sens. Le 4e BCP fait savoir qu’il est arrêté au château d’Huchonville par des résistances situées dans le parc. Mais un  ravitaillement s’impose et les chars ne peuvent repartir immédiatement. Après recomplètement, trois chars attaquent. En quelques minutes le château et le parc sont livrés aux chasseurs. L’attaque se poursuit dans le vallon sud-est d’Huchonville où plusieurs mitrailleuses arrêtent la progression. Après neutralisation le 4e BCP poursuit son avance Les chars se replient à Villers, ayant totalement épuisé leurs munitions. Il ne reste plus que 9 appareils, les équipages sont harassés. Le ravitaillement en essence et en munitions est effectué. Lorsqu'à 600 mètres  une troupe d’une centaine d’hommes venant du Mont-Caubert attaque les appareils. Deux chars partent aussitôt. En 10 minutes les assaillants sont neutralisés, les chars se replient. L'ennemi reprend son attaque, les deux chars repartent, cette fois les assaillants s’enfuient rapidement.

A 15 heures, nouvel ordre de reprendre l’attaque sur Abbeville. Trois sections sont formées, deux attaqueront face au Mont-Caubert, la troisième prendra la position à revers en utilisant la N 28 vers Abbeville jusqu’au bourg de Caubert où elle obliquera à l’ouest vers Rouvroy. Les chars sont bombardés par des 105 tirant à vue du Mont-Caubert, lorsque parvient l’ordre de repli qui s’opère sur Bienfay, le château d’Huchenneville, Limeux et Fricourt. Le matériel est très fatigué et le personnel ne résiste plus à la fatigue.

30 MAI

A 16 heures, les équipages repartent à l’attaque en direction de Yonval et du Mont-Caubert. Base de départ Bienfay. Les chars atteignent Moyenneville. A 17h30 l’attaque repart, elle débouche en même temps qu’un assaut de l’adversaire. Une défense antichars puissante se dévoile sur le Mont-Caubert, les uns après les autres 8 chars sont mis hors de combat. Les chasseurs ne parviennent pas à progresser. Le bataillon reçoit l’ordre d’assurer la défense de Bienfay que l’ennemi tente de déborder à droite et à gauche. A 22 heures les chars reçoivent l’ordre de repli sur Croisette, St-Maxent et Oisement.

31 MAI

Stationnement à Doudelainville.

1er JUIN

A 4 heures départ pour Roy, Boissy. Stationnement PC et Cie : Roy-Boissy, 2 chars ; 3e Cie : Mesnil-Valeran : 2 chars ; CE et 2e Cie : Morvilliers : 1 char.

2 - 4 JUIN

Reconstitution de la 6e demi-brigade et regroupement des 46e et 47e.

Chef d’État-major : Capitaine de Chalain.

Commandant de la base : Commandant Pariat.

Commandant des TC et TR : Capitaine Ginie.

Bataillon de marche 46-47 : Commandant Petit.

1ère Cie 46 : Capitaine Bibes. 2-46 Lieutenant Meyer. Cie 47 : Capitaine Gislain.

24e BCC : Capitaine Barrelet de Ricou.

Commandant des CE 46-47 : Capitaine Aimé.

Commandant administratif 46e : Capitaine Kieffer.

La 3/46 est dissoute, son personnel est dirigé sur Versailles pour y percevoir du matériel (Elle deviendra la 352e Cie autonome, Capitaine Menet, Lt Four, Lt Legret, Lt Letourneur.

5 JUIN

Mouvement sur Coudray-St-Germain (région sud.ouest de Beauvais) et Aumesnil.

6 JUIN

Arrivée à Aumesnil (sud-est de Beauvais). PC 1ère Cie et 2e Aumesnil ; 3e Friancourt ; CE : Fresne-l’Aiguillon.

7 JUIN

Stationnement sans changement.

8 JUIN

Mouvement sur la région de Milly-sur-Thérain. Cie 46e Milly-sur-Thérain ; Cie 47e Andermithy ; CE Fresnes-l’Aiguillon.

9 - 10 JUIN

Repli des échelons sur roues sur Le Vauroux. TC sur Haravidar. A 11 heures ordre de repli sur St-Germain.la-Grange par le pont de Poissy puis sur Vicq (sud de la Seine).

Itinéraire : Genouville, Crisy, Boissy-l’Aillerie, Boismont, Poissy. A la nuit les éléments parviennent : PC 46-47 Bois de Beyne ; 1-46

Neauphle-le-Vieux ; 2-46 Cressay ; CE 46 Vicq ; 3-47 et CE 47 Saulx ­Marchais.

Une unité du 37e BCC se regroupe à la 1-46 (Lt Gaudet, 37e BCC).

11 JUIN

Mouvement prévu pour le lendemain sur Houdans et Limours.

12 JUIN

Stationnement 46-47 à la Hauteville (sud de Houdan). TC et TR à Brus (région de Limours). La Cie Bibes perçoit 10 chars B1 bis, mais dépourvus de percuteurs de lunette, un officier part à Gien pour compléter le matériel.

13 JUIN

A 8 heures la 1/46 reçoit l’ordre de se porter d’urgence sur Hauteville. A 13 heures nouvel ordre de se porter sur Mondeville­Ste-Barbe (25 km sud-est de Chartres). A 21 heures une section est en place dans le bois sud-est de Mondaville, le reste de la compagnie à Epinay. CE et TC sur le GC 15 au sud d’Orléans.

14 JUIN

A minuit ordre de mouvement pour le lendemain, direction lisière sud de Chartres.

15 JUIN

A 3 heures la 1ère Cie se porte sur Barjonville où elle arrive, à 9h30 et prend des positions de départ pour se tenir prête à contre-attaquer sur le plateau sud de Chartres tandis que le reste de la DCR couvre Chartres. TC et CE stationnent à Maizières.

16 JUIN

A 6 heures, la demi-brigade fait mouvement sur Jancheville (nord-est de Chateaudun). En fin de mouvement stationnement 1/46 à Villars. TC et IR à Saint-Laurent-des-Bois (forêt de Marchenoir nord-est de Vendôme).

17 JUIN

Le 4e BCP est accroché successivement à Villars, puis à Fontenay et Come et enfin à Orgères-en-Beauce. Une section de la 1/46 est dirigée sur Orgères pour permettre le décrochage des éléments du 4e BCP. A la sortie d’Orgères, la section attaque une forte avant-garde allemande. Les trois chars des Lieutenants Lartigau, Vinciguerra et Pincemin se lancent à l’attaque, détruisent deux pièces antichars mais submergés par le nombre, en une demi-heure sont détruits ou immobilisés.

A 12 heures repli sur Villangy (est de Chateaudun). CE sur La Ferté-Beauharnais, les TC sur le pont de Mer et au sud de la Loire. Le décrochage s’effectue en direction de Villanpuy où la 1/46 parvient à 14 heures. De 16 à 17 heures des R 35 luttent à Villanpuy et y perdent deux chars. Bouchons successifs à Harbouville, Membrolles, Verdes et Binas ; dans ce dernier village un accrochage sérieux a lieu. Marche de nuit sur Marchenoir, Muides, Mer.

18 JUIN

Passage de la Loire au pont de Mer à l’aube, arrivée à 7 heures à Bracieux. La 1/46 est dirigée au nord de Bracieux ; il lui reste 8 appareils. A la nuit ordre de renforcer les ponts de Blois et de Beaugency, puis ordre de repli sur Loches et Monthelan (30 km sud de Tours).

19 JUIN

Départ à l’aube sur Cour-Cheverny, la 1/46 tient le nord du village. Une colonne ennemie est signalée à 5 km de Romorantin. A 11 heures ordre de repli sur Choussy. A 18h., repli au sud du Cher en passant par les ponts de Montrichard, de Bourré et Saint­Aignan. A 20 heures la 1/46 passe à Montrichard et parvient à Beaumont à 21h30. La CE est entre Loches et Monthelon sur la N 760.

20 JUIN

Stationnement à Beaumont. A 18 heures ordre de repli sur St-Flovier (20 km sud de Loches). Passage de l‘Indre. Arrivée à St-Flovier à 21 heures.

21 JUIN

A 19 heures nouvel ordre de repli. Au moment du départ, accrochage sérieux avec des autos mitrailleuses ennemies qui sont immédiatement détruites. A 23 heures arrivée à Martizay. Itinéraire Ligueil, Grand-Pressigny, Barron, La Roche-Posay.

22 JUIN

A 9 heures départ sur Nudi-sur-Merigny (ouest de Le Blanc). Passage de la Creuse à Tournon-St-Martin, contre-ordre,

stationnement à Angles-sur-Anglin. A 20 heures mouvement sur Lhommaire et Verrière (ouest de Montmorillon), arrivée à 23 heures. La 3/47 est détachée au corps de cavalerie.

23 JUIN

Installation à Verrière et Lhommaire. A 14 heures mouvement sur Joussé, arrivée à 18 heures.

24 JUIN

A 10 heures mouvement sur Ambasse, puis à 18 heures passage à Genouillac et à 21 heures sur St-Mathieu et Firbaix.

25 JUIN

A 3 heures arrivée à St-Mathieu.

26 JUIN

A 12 heures départ sur la région de Périgueux. A 20 heures cantonnement à la Ferme des Sorbiers (nord de la Tour-Blanche).

27 JUIN.

La 1/46 aux Rossignols.

28 JUIN

Mouvement sur St-Sorbiers.

29 JUIN

La zone de démilitarisation exige le repli de l'unité sur la Tour-Blanche puis sur Connezac ( 20 km ouest de Montron ).

30 JUIN - 6 JUILLET

Sans changement.

7 JUILLET

Dissolution du bataillon.

 

Sources : Archives du SHAT Vincennes.

 

 


46e  BATAILLON DE CHARS DE COMBAT

 

ORDRE DE BATAILLE



398   BERRY AU BAC Cdt BESCOND
390   MONTFAUCON  
474   ARMOR  
414   Mal PETAIN Lt ROBLOT
48   GASTON DE FOIX Asp PINCEMIN

1ère Compagnie
488   ARAMIS  
1ère Section
422   TURENNE Lt PELLERIN
450   AQUITAINE  
392   MONT CORNILLET  
2ème Section
442   Lt DE GISSAC S-Lt LARTIGAU
476   CAPITAINE DE BOURNAZEL Asp COGNET
406   ATHOS Adj-C  POUPENEZ
3ème Section
392   D'ARTAGNAN  
466   PORTHOS  
475   GASCOGNE  

 

2ème Compagnie

445   JEAN MERMOZ Cne KIEFFER
1ère Section
400   JEAN-BART  
421   VAUBAN Lt DEMONET
384   SAINT-MICHEL Lt GOHIN
2ème Section
420   DUGUESCLIN Lt SCHMIDT
484   LYAUTEY Lt SOLLIER
417   ALBERT Ier Lt LEGRET

3ème Section

399   SAMPIERO CORSO Lt HENRION
    BEAUMANOIR Lt De FEYDEAU
363   Lieutenant D'HARCOURT  

 

3ème COMPAGNIE

482 6 MANGIN Cne MENET

1ère Section

477   CONDE  
412 5 JOFFRE S-Lt LETOURNEUR
444   CHASSEUR EUTZINGER  

2ème Section

485 1 MAGINOT  
481 2 VERCINGETORIX S-Lt VADON
441 4 Gal MONHOVEN Lt BRESSON
3ème Section
455   CAMBRONNE Lt FORRER
391   CRAONNE S-Lt MICHEL
440   CHEF D'ESCADRON BOSSUT Lt GROS