2e BATAILLON DE CHARS DE COMBAT

 

 

Cette unité, équipée de 45 chars R 35, aux ordres du commandant François est formée le 31 août 1939 et rattachée administrativement au 501e Groupe de Bataillons de Chars de Combat (GBCC), affectée à la Ve  Armée.
De septembre 1939 à mai 1940 le Bataillon est stationné en Alsace. Cantonnements à Hochfelden puis Schweinheim.

10 mai 1940
A 1 heure le 2e bataillon est mis à la disposition de la IXe Armée et quitte le cantonnement de Schweinheim à partir de 17 heures.
L’embarquement a lieu à Saverne sur 4 rames échelonnées sur 24 heures. Les éléments lourds sur roues constituent une colonne qui fait mouvement sur route.

15 mai 1940
A 12 heures, l’E.M. et la 2e Compagnie débarquent à Guignancourt. A 15 heures le chef de bataillon François commandant le 2e BCC prend contact avec le colonel Simonin commandant la 8e demi-brigade de chars dans les bois de Corbeny puis avec le colonel de Gaulle commandant la 4e Division Cuirassée à Bruyère. Le 2e Bataillon est affecté à la 8e demi-brigade de chars.

17 mai 1940
La 2e Cie du 2e BCC est engagée à 4h15 sur l’axe Maison Bleue, Sissonne, Boncourt, La ville Aux Bois, Lislet.
Objectifs :
O1, passage de la Serre à Lislet
Mission de Couverture de la 4e DCr face à l’est.
A 19h30 les objectifs sont atteints ; la 2e Compagnie prise à partie par l’artillerie ennemie et par des antichars se replie à défilement de tourelle face à l’objectif. A la suite d’une contre attaque motorisée ennemie, 2 chars sont détruits, le  chasseur Lacoustête est tué. Au cours de la progression de la section d’Échelon le chasseur dépanneur Cabos est tué par une arme automatique.
A 18 heures, le chef de Bataillon au reçu de l’ordre regroupe la 2e Cie dans les bois de Montaigu.
Successivement, la 1ère Compagnie débarquée à Mont Notre Dame, puis la 3e Compagnie débarquée à Braine rejoignent le Bataillon.

Nuit du 17 au 18 mai 1940
Bivouac gardé dans les bois de Montaigu.

18 mai 1940
3 Sections de la 3e Compagnie sont placées en bouchons à Sissonne, PN de la Maison Bleue, Château de Montaigu. Le caporal Mouchot détruit 3 véhicules blindés à Sissonne.
La C.E. débarquée à Mont Notre Dame s’installe à Guyencourt.

19 mai 1940
A 0 heure, le Bataillon fait mouvement pour gagner des positions de départ au N.O. de Laon.
Heure H : 4 heures : Axe d’attaque : Chéry les Pouilly, Crécy sur Serre.
Objectifs :
O1 lisières sud de Chéry les Pouilly
O2 lisières sud de Crécy sur Serre.
Après arrêt sur O1 sur l’ordre du chef de Bataillon, la progression reprend en direction de O2 qui est atteint à 9 heures. Soumis à un violent bombardement par avions une partie du Bataillon se replie, à défilement de tourelle face à l’objectif. La 1ère et la 3e Cie occupent le sud de Crécy. A 15 heures, au reçu de l’ordre le chef de Bataillon regroupe le Bataillon puis le porte en bivouac gardé dans les bois de Lavergey. Une section est fournie en bouchon à Parfondru.
A 17 heures l’élément avancé de la C.E. stationnant à Craonnelle et Pontavert est attaqué par des éléments légers rapides ennemis et se replie en combattant avec 2 chars de remplacement, derrière l’Aisne.
Pertes du 19 mai 1940.
Blessés :
Sergents Tiveddo, Mallerand, Hily, caporal Boulard, chasseur Poupard.
Disparus :
S-Officiers Chidaine et Le Gouriellec, caporal Bressenot, Chasseurs Queillet, Madal, Lorilloux, Ressedand, Néand, Perrochain.
Pertes en Matériel :
Chars détruits par antichars au pont de Crécy sur Serre :
4 dont 3 de la 3e Cie
Chars en panne sur le terrain et abandonnés :
4 dont 2 de la 3e Cie
Pris par l’ennemi :
2 chars non armés de l’Échelon avancé
1 tracteur de ravitaillement et 2 remorques.

20 mai 1940
A 6 heures, le 2e Bataillon mis à la disposition du 10e Cuirassiers détache une section de la 1ère compagnie au PC de Festieux.
La 2e compagnie fournit 3 sections en bouchons pour garder les issues de Bruyères en direction de Laon, Vorges et Parfondu. La 3e compagnie (9 chars) reçoit l’ordre de former bouchon à la Maison Bleue. Elle est attaquée au S.-O. de Festieux et ne peut plus s’y porter.
A 11 heures le chef de bataillon donne l’ordre aux éléments sur roues de se replier derrière l’Aisne par Vailly. La section Robert de la 1ère compagnie détaché le 19 à Parfondru rejoint Festieux vers 12 heures. Elle dégage l’itinéraire de repli du 10e Cuirassiers qui décroche sur ordre à partir de 13h30.
La 1ère compagnie se regroupe ainsi que des éléments de la 3e compagnie à Chamouille et passe l’Aisne au pont de Bourg et Comin à 17h30.
La 2e compagnie reçoit à 14 heures l’ordre de repli avec la mission d’assurer la protection des éléments d’état-major du 2e Bataillon sur l’itinéraire : Bièves, Chermiey, Paissy, Pont l’Oeilly.
A la ferme de la Tour du Paissy la colonne est attaquée et arrêtée par des armes antichars. Le char du commandant de compagnie, lieutenant Forest est détruit. Les éléments d’E.M. ne peuvent franchir les barrages ennemis et ne réussissent à rejoindre les lignes françaises que 48 heures plus tard. Les chars de la compagnie parviennent à se dégager et passent l’Aisne aux ponts d’Arcy et Bourg et Comin.
Pertes en personnel pour la journée du 20 mai
Tués :
Capitaine Chanut de la 3e compagnie
Lieutenant Forest commandant la 2e compagnie
Matériel :
1 char détruit par mines françaises au pont d’Oeilly.
1 char détruit à la ferme du Tour du Paissy.
3 chars en panne détruits par les équipages.
2 tracteurs de ravitaillement de la 3e compagnie détruits à Festieux.

21 mai 1940
Le Bataillon se regroupe avec sa base arrière à Crugny.

24 mai 1940
Un bataillon de marche est formé sous le commandement du capitaine Barrelet avec 15 chars du 2e Bataillon de chars et 5 chars du 24e Bataillon.

25 mai 1940
Le Bataillon de Marche 2/24 fait mouvement et stationne dans le bois 1 km O. de Braches. PC à Braches.

26 mai 1940
Mouvement et stationnement dans les couverts au N. de Thoix. PC à Thoix.

28 mai 1940
Le Bataillon fait mouvement à 0h30 et se porte au sud d’Abbeville dans les bois entre Wiry et Allery. A 15 heures le Bataillon va se placer en P.D. au sud de Limeux et contre attaque de 17 heures à 22h15. 17 canons antichars sont détruits. L’ennemi compte environ 700 tués et blessés et 800 prisonniers.

29 mai 1940
A 4h10 l’avance reprend, les chars appuient le 22e Régiment d’Infanterie Coloniale.
La 1ère compagnie passe en réserve et forme bouchon dans le ravin d’Huchenneville.
Pertes en Personnel :
Capitaine Barrelet blessé, non évacué.
Lieutenant Mourot blessé.

30 mai 1940
A 11h30, le Bataillon se porte aux lisières N. du bois des Hétroys pour contre-attaquer éventuellement en direction de Villers-Mareuil.
Mareuil est repris, le général de Gaulle y installe aussitôt son PC mais les allemands s’accrochent sur le Mont Caubert et le Camp de César. Le char 50660 est touché par un obus de gros calibre.
A 19h30 le capitaine Barrelet reçoit l’ordre de se mettre à la disposition du 3e Bataillon (Cdt Jacobi) du 23e R.I.C. pour attaquer en direction du bois de Villers.
P.D. Route de Rouen au S.-O. de Villers-Mareuil.
Les compagnies d’Infanterie ne sont rassemblées que vers 21h30.
L’opération ne peut avoir lieu étant donné la nuit. La marche d’approche des chars protégée par le 3e Bataillon s’effectue en direction du bois de Villers.
Le groupement mixte constitué par 11 chars du 2e Bataillon et les éléments du 23e R.I.C. atteint le carrefour route de Bienfay-Villers, chemin de terre du Mont de Caubert , le 31 à 2 heures du matin.

31 mai 1940
A 4 heures, le Bataillon 2/24 et le 3e Bataillon du 23e RIC sont violemment bombardés par l’artillerie ennemie. Le commandant Jacaobi donne ordre à une section du 2e Bataillon de se porter à l’attaque en direction du Mont de Caubert, 20 minutes après à une autre section de se porter à la lisière N. du bois de Villers et de nettoyer les lisières face au nord.
La première des 2 sections part vers son objectif. A ce moment le capitaine commandant le 2/24 reçoit l’ordre de repli, mais ne peut arrêter ses sections, l’infanterie ayant déjà fait mouvement. Il donne néanmoins à la 2e section l’ordre de remplir sa mission et de se replier immédiatement après avoir averti la 1ère section d’avoir à se replier également. Ces ordres sont strictement exécutés. Néanmoins au cours de l’attaque, les sections sont prises sous le feu réglé d’armes antichars.
5 chars restent sur le terrain.
Le sous-lieutenant Robert est porté disparu, présumé tué.
L’aspirant Bichet, l’aspirant Lefevre et le chasseur Roy sont blessés et évacués.
L’infanterie réussit à s’infiltrer, la mission est remplie.
Le bataillon se regroupe avec les éléments du 24e Bataillon restés au bois de Hetroys pendent l’opération, à Frucourt.
Pertes en Personnel :
1 officier disparu, présumé tué : Lieutenant Robert.
2 sous-officers blessés : aspirants Bichet et Lefevre
2 chasseurs blessés : Vivier et Roy.
Pertes en matériel :
5 chars détruits par antichars au bois de Villers.

1er juin 1940
A 6h30 le Bataillon fait mouvement et se regroupe avec sa base arrière à Hepomesnil.

6 juin 1940
Le 2e Bataillon fait mouvement et stationne le 6 juin au petit jour à Roye.

8 juin 1940
Le Bataillon 2/24 fait mouvement à partir de 14 heures et fournit des bouchons à l’est de Ons-en-Bray pour garder le carrefour route de Gournay à Beauvais, route de Gournay à Auneuil et les passages de la voie ferrée.
PC le Pont Qui Penche.

9 juin 1940
Le Bataillon 2/24 fait mouvement et s’installe à Chars en bivouac gardé en direction N. et N.-O. et passe directement aux ordres du chef de bataillon Bertrand commandant le 4e B.C.P.

10 juin 1940
A 2 heures le Bataillon part en direction de la Villeneuve St Martin et fournit une section à la Villeuneuve St Martin, une section à Us, une section au Bord Haut de Vigny. La section Martin du Haut Bord de Vigny postée depuis 6 heures prend contact à 12 heures et en coopération avec une batterie de 47 antichars et une section du 4e B.C.P. contient l’attaque ennemie jusqu’à 15 heures. A 15 heures l’ordre de repli est donné par le commandant Bertrand au capitaine Barrelet. La section Planchard au contact à Us n’ayant pu être jointe se replie avec les éléments du 4e B.C.P. laissant 2 chars détruits par armes antichars sur le terrain. Le repli du Bataillon s’effectue par le pont de Poissy jusqu’à Beynes.
Pertes en personnel :
1 sergent-chef, 1 caporal-chef et 3 chasseurs du 24e BCC portés disparus.
Pertes en matériel :
2 chars détruits par armes antichars.

12 juin 1940
Le Bataillon 2/24 passe aux ordres du colonel Sudre, commandant la 6e demi-brigade de chars.
A 10 heures, le Bataillon se porte au château de Grandchamp et fournit des bouchons pour garder les routes face au nord et à l’ouest.

13 juin 1940
A 15 heures, le capitaine Barrelet au reçu de l’ordre déplace le Bataillon et l’installe à Beauvilliers en bivouac gardé avec des bouchons aux issues de Beauvillier et à Villereau.

15 juin 1940
A 3 heures le Bataillon 2/24 fait mouvement en direction de Chartres et s’installe à Barjouvelle en vue de contre-attaquer éventuellement avec le 4e BCP face à l’est en direction de Coudray et de Bonville.

17 juin 1940
A 7h40, le capitaine Barrelet reçoit l’ordre de replier la 1ère compagnie de Villars à Cormainville et les 2e et 3e compagnies dans la région de La Frileuse-Villève.
A 8h15, la 1ère compagnie (Lt Fourrier) reçoit l’ordre d’aller décrocher le 4e BCP à Villars. En arrivant à Cormainville le lieutenant Fourrier prend liaison avec le chef de bataillon Bertrand commandant le 4e BCP et apprend que les éléments de Villars ont pu décrocher seuls. Toutefois, une compagnie du 4e BCP n’aurait pas pu décrocher à Neuvy en Dunois. En arrivant à Sancheville, le lieutenant Fourrier apprend par le 12e GRCA qu’il n’y a plus aucune troupe à Neuvy en Dunois.
La 1ère compagnie forme alors des bouchons face au nord en direction de Villars et face à la Folie Herbaut où des éléments ennemis sont signalés par des patrouilles.
Ces bouchons sont maintenus jusqu’à la fin du décrochement de ces éléments. Le contact est pris dans les deux directions Villars – La Folie. La mission terminée, la compagnie se replie en tirant sur les éléments ennemis qui avaient atteint les lisières N. et N.-E. de Sancheville et assure à nouveau le repli et la protection des éléments du 11e Tirailleurs et du 4e BCP au nord de Cormainville.
La S.E. de la 3e compagnie est encerclée à Gaubert et se dégage élément par élément.
A 12 heures, le bataillon fait mouvement et s’installe en bouchon sur la Nationale 155 à la sortie N. de Villampuy.
A 13 heures, le capitaine Barrelet met la 2e compagnie  à la disposition du commandant Bertrand pour protéger le 4e BCP à Civry. Vers 15 heures, le contact est pris à distance en direction de l’est avec les éléments ennemis. Au cours du bombardement deux chars sont détruits.
A 16h50 l’ordre de repli est donné. Le Bataillon forme des bouchons face à l’est à Juvrainville-Harbouville, puis des lisières de la forêt de Marchenoir face à l’est et au sud-est.
A 23 heures, l’ordre de mouvement parvient au Bataillon qui se porte en direction de Mer et de Chambord.
Pertes en personnel :
Blessés à la 3e Cie :
Lieutenant Weil, commandant la Cie, sergent Filliol, chasseur Gaye
Trois chasseurs de la 3e Cie sont portés disparus : Jaunay, Rey, Boue
Pertes en matériel :
2 chars détruits par bombardement (dont le 50018)

18 juin 1940
Le Bataillon bivouaque au petit jour au carrefour 3 km nord de Bracieux dans la forêt de Boulogne.
A 15 heures le Bataillon reçoit l’ordre de partir à Bauey.
Des bouchons sont installés face au nord et à l’est.
La 2e compagnie fournit une section (lieutenant Rosset) qui fait bouchon à Neuvy à la disposition du commandant bertrand. A 23 heures le capitaine Barrelet reçoit l’ordre de changer le dispositif. La 1ère compagnie doit fournir 1 section en bouchon à Dhuizon, une section en bouchon à Villeuneuve. La section de Neuvy reste en place.
9 chars provenant du Parc de Rosny sont récupérés dans la nuit.

19 juin 1940
Un contrordre arrive et prescrit le mouvement du 2/24 pour 3h15 en direction de Cour-Cheverny.
Une section reste en bouchon au carrefour de la Nationale 765 et CC 19 en direction de Romorantin. Le gros du Bataillon aux lisières sud de Cheverny est en surveillance face au S.E.
A 7h30 la 2e compagnie envoie une section à Contres à la disposition du 4e escadron du 6e Cuirassiers.
A 12h10 la 1ère Cie et le 2e Cie fournissent chacune une section en bouchon à Condres.
A 13h30 le Bataillon fait mouvement vers Choussy et le dispositif général est réalisé à 17h30 avec :
1 section au Clouseau.
2 sections à Condres
1 section à St Romain
et 10 chars aux issues de Choussy.
A 19h30 l’ordre de mouvement est donné pour se porter vers Orbigny par le pont de Bourre en assurant la protection du 4e B.C.P.

20 juin 1940
Au petit jour 1 section est placée en bouchon à Pertuis, 1 section à l’Etang S.E. d’Orbigny, 2 sections à Beaumont-Village.
A 17h45, l’ordre de mouvement est donné. Le Bataillon reste en appui du 4e BCP et stationne à Charnizay. La 2e Cie fait bouchon à la Belletière. La 1ère Cie détache la section Martin à St Michel.
6 chars en panne sur le terrain ont du être incendiés.

21 juin 1940
A 8h30, le capitaine Barrelet reçoit l’ordre de porter le Bataillon à St Flovier dans le but de contre-attaquer éventuellement en direction de Châtillon.
Des bouchons sont installés route de Flère, au nord de St Flovier et sur la route de Châtillon.
L’après-midi, une section fait une patrouille de reconnaissance.
Le contact est pris route de Flère vers 19 heures.
A 21h45, l’ordre de repli arrive. Le Bataillon fait mouvement et stationne à Martizay.
Pertes en matériel :
1 char incendié 1 km nord de Verneuil.

22 juin 1940
Le Bataillon fournit un bouchon de 3 chars à Tournon, de 2 chars sur le G.C. 18, de 3 chars sur la Route Nationale 675 et de 3 chars sur la V.O. N.-O. de Martizay.
1 section de la 1ère compagnie se porte en direction de Bossay pour dégager le 10e Cuirassiers. Le repli s’effectue à 12 heures. Le Bataillon stationne à Angles et garde les issues Fournioux – St Pierre de Maille.
Sur ordre, le lieutenant Fourrier commandant la 1ère compagnie part en patrouille avec 2 sections de chars à Vicq et Izeures où des éléments ennemis étaient signalés. Il rentre et rend compte.
A 20 heures le Bataillon fait mouvement en direction de Charnizay et stationne à Lhommaize.
Pertes en matériel :
4 chars en panne incendiés.

23 juin 1940
Une section est installée en bouchon au Pont de Civaux pour appuyer le 4e BCP.
A 11h30, 1 section de la 1ère Cie est détachée sur la Nationale 147 en direction de Poitiers.
A 15h15, le Bataillon fait mouvement et stationne à Jousse.

24 juin 1940
Des bouchons sont fournis par le Bataillon sur la route d’Usson et sur la route de Payroux.
A 10 heures, le gros du Bataillon se porte à Usson pour dégager le 4e BCP et lui permettre de se replier à pied, son train de combat étant pris par l’ennemi. Le contact est pris immédiatement avec des colonnes venant du nord et de l’est.
2 chars sont détruits par armes anti-chars.
Le capitaine Barrelet avec une section de chars à la sortie de Jousse assure le plus longtemps possible le repli du 4e BCP vers Genouillac.
Pertes en personnel :
Aspirant Rouget, tué.
Sous-lieutenant Martin et 1 chasseur contusionnés.
Pertes en matériel :
2 chars détruits par armes antichars
1 char en panne, incendié.

25 juin 1940
Le Bataillon 2/24 fait mouvement et stationne à Dounazac.

 

 

 

2e BCC

 

45 chars R 35

 

Chef de Bataillon 1 char

Compagnie d’Echelon  5 chars     50071 50417 50433   50627  50628 50705

 

1ère Compagnie  R35  Lt Fourrier

50165

50588

4

5

6

50675 VICI

8

9

50399

50410

50200  50222   50522     50635  50654     50669

2e Compagnie  R35

50388

50408

50421

50599

50033

50425

50052

50201

50479

 

50581

 

3e Compagnie  R35     50401 Cne Chanut

Lt D'Englegean

Asp Bechet

Lt Brutin

Lt Weil

50095 Sgt Hily

50598

50079

 

50610

50660

50078

50204 

50018

50415

50124 

50144  

50154 CANNES

 

50018       Sgt-c Croizier     Ch Charrier

50019    

50024

50033                Détruit par char ennemi le 17 mai 1940

50052

50071               Détruit, train de roulement HS

50078       Sgt Martin  Ch Fradin   abandonné en panne le 19 mai

50079       Cal Mouchot       Ch Annat   évacué sur le PEB 7 le 22 mai

50095       Sgt Hily     Ch Poupard              détruit par mines le 19 mai

50124       Lt Weil      Ch Gaye

50144       Sgt Perrot  Ch Caillaud

50154  CANNES  Sgt Joie     Ch Pallardy

50156

50165

50168                               en panne d’essence le 19 mai, sabordé le 20 mai

50200

50201

50204       Sgt-c Bretignier  Ch Chamburd     en panne, bielle coulée le 22 mai

50222         

50388

50399               Détruit, train de roulement HS

50401       Cne Chanut        Ch Vallade

50408

50410

50421                 détruit par char ennemi le 17 mai 1940

50415       Cal Goume Ch Barbillat        en panne d’essence le 19 mai, sabordé le 20

50425               Endommagé le 28 mai

50464  ARAMIS

50479               Endommagé le 28 mai

50522

50581

50588

50598       Sgt-c de la Fouchardière      Ch Barré    Détruit par mines le 19 mai

50599

50600 PANTHERE

50603               Détruit, train de roulement HS

50610                       en panne le 22 mai, réparé le 27

50624               Détruit

50635

50654

50660       Sgt-c Guillherme Ch Barré    Détruit par artillerie le 30 mai

50669

50675 VICI

50685               Détruit le 28 mai

50705       Asp Bichet Détruit par antichar le 31 mai