1937  AMX 38
 
par Jean-Pierre Valantin
 
Le "Char léger" AMX est un projet de 1937 (avant-projet juillet 1937). Il ne semble pas qu’il soit à insérer dans le cadre du Programme du "Char de 20 t". C’est plus une reprise, en plus lourd, du R 35 dont les essais d’amélioration tournent court. On peut aussi le considérer comme un successeur allégé du D2. Selon "Chars de France", c’était un concurrent du Renault DAC 1. Il fut adopté en 1938 sous l’appellation AMX 38 et construit, semble-t-il, à 2 exemplaires.
L’équipage est de 2 hommes : chef de char-tireur et pilote.
On peut évaluer son poids à 18 tonnes. On voit donc qu’il s’agit en fait beaucoup plus d’un char moyen que d’un vrai char léger.
Les dimensions sont les suivantes, longueur H.T. : 5280 mm ; largeur H.T. : 1930 mm ; hauteur H.T. : 2227 mm (hauteur caisse : 1427 mm) ; ( donc V = 24 (contre 16 pour un R 35 et 32 pour un D2) ).
À part le haut de tourelle (façon FCM), il est de forme moderne (il ressemble à un Pz III).
Il se caractérise par une coque en plaques planes probablement vissées comme le D2. Seul le blindage du nez avant est moulé (ou mécano-soudé "en forme" ? ). Le soubassement de tourelle a une forme prismatique caractéristique.
Le blindage est de 40 mm.
Il est armé d’un 47 SA 35 en tourelle (37 SA 38 sur le 1er prototype). Certains dessins figurent un 37 SA 18. La tourelle est moulée. C’est une tourelle AMX montée sur chemin à double bille. Elle ressemble à la tourelle Batignolles étudiée pour le Char léger d’infanterie. Elle est dans l’axe du char.
Les chenilles et suspensions sont de technique AMX (Ingénieur Molinié) très similaires à celles du R 40 : nombreuses petites roues de route, ressorts verticaux, balanciers. Chaque train a 16 roues de route et 4 galets porteurs. Le train est protégé par une tôle façon D2. Les patins sont de type bateau.
Bien que les plans d'exécution soient prêts, le char n'a pas été fabriqué en série.
 
Image Image