1942  CRUSADER II A15
 
 
La lignée des "cruiser tank" char de cavalerie démarre en 1936 et se poursuivra tout au long du conflit. Ces engins se caractérisent par une excellente maniabilité. Commandé en juillet 1939 "sur la planche à dessin", le A15 était un une version agrandie du Covenanter, utilisant également le maximum de composants communs avec les A13 déjà en service. Le moteur était le même que celui du A13. Il ne s'échauffait pas excessivement comme celui du Covenanter. Ces qualités essentielles pour un char d'exploitation seront gâchées par deux défauts chroniques, un armement insuffisant et un blindage dérisoire. Les différentes améliorations intervenues seront toujours en retard par rapport aux matériels concurrents. Le Crusader employé essentiellement en Afrique du nord pouvait à la rigueur se mesurer au matériel italien mais était totalement surclassé par les panzers III ou IV. En 1942, l'arrivée des chars américains Grant puis Sherman permettra de retirer progressivement ces engins.
Les forces françaises libres, démunies de tout matériel, hériteront de certains de ces chars et le Crusader équipera la 1ère compagnie autonome de chars.
Succédant au Crusader I, le Crusader II dispose d'un blindage renforcé et entre en service à partir de 1941. Une tourelle secondaire placée sur le glacis avant a été supprimée par la suite.

Production : 5 300 exemplaires de mai 1940 à octobre 1943
Autre(s) désignation(s): Cruiser Tank Mark VI, A15, A15E1
Armement : 1 canon de 40mm      Blindage : 50mm    Equipage : 4 hommes
Longueur : 6,00 m. Largeur : 2,77 m. Hauteur : 2,24 m    Vitesse : 45 km/h.   Poids 20 t.    Équipage : 5 hommes.

Les Crusaders aux couleurs de la France Libre

Ralliée à la France Libre dès sa création, la 1ère compagnie de chars de combat a été constituée par deux lieutenants (Volvey et Divry) venant de la 342e compagnie autonome de chars de combats avec 17 volontaires de cette compagnie (sur 120) qui étaient en Angleterre en juin 40 de retour de Norvège.
Ils ont accueilli de jeunes évadés de France et récupéré les 12 Hotchkiss H 39 de la 342e CACC. Tous ces chars ont fini leur carrière sous des obus vichystes en Syrie.
L'unité fut incorporée successivement à la 8e armée britannique (free french flying column) puis à la Force L (colonne Leclerc) en Tunisie avant de donner naissance au 501e RCC de la 2e DB.

 

 En avril 1945, le 11e Régiment de Cuirassiers est équipé de chars Crusader.