CHERBOURG       12e RC     Escadron d'Etat-Major

 

M 4 105mm  

 

Equipage :

chef de char : Maréchal des Logis chef Albert ZIMMER
pilote : HOLSTEIN
aide-pilote : Georges CICERON
tireur : EYCHART
radio-chargeur : Albert PASTOR (dit Totoche)

Témoignage de Jacques Bouillot Chef de char du SARREGUEMINES

"Le 23 novembre matin : départ du peloton sur STRASBOURG en renfort du peloton BRIOT, peloton de tête du 2ème escadron du 12e Cuirs aux ordres du capitaine COMPAGNON.
Passage de la ligne des Forts. Tirons quelques obus perforants à charge creuse.
Entrée dans la ville.
Croisons des Allemands surpris. Tirons sur une camionnette allemande qui nous doublait pour arriver avant nous aux ponts.
Arrivée au Pont du Canal après avoir fait des prisonniers dont des officiers Allemands remis à des éléments du P.C.
Jusque là, le CHERBOURG suivait l'EVREUX du peloton BRIOT, et le SARREGUEMINES était derrière le CHERBOURG. (à noter que le M-D-L Chef ZIMMER, originaire de la WANTZENAU se retrouvait chez lui, et que le SARREGUEMINES ne disposait plus que de l'interphone radio)
Après un essai infructueux de passage d'un char du peloton BRIOT et une conversation entre le Lt BRIOT et le Lt BESNIER nous recevons l'ordre de passer, ce que nous faisons, dans l'ordre CHERBOURG puis SARREGUEMINES pour nous retrouver entre le pont du Canal et le pont du "petit Rhin".
Pendant ce temps, Albert ZIMMER a essayé sans succès de joindre sa famille à la WANTZENAU au téléphone du bar situé près du pont du Canal. Ravitaillement en essence et munitions avant de franchir le pont du petit Rhin, cela sous l'oeil de journalistes qui s'extasiaient devant les douilles de 105 et qui sont partis vite ensuite.
Franchissement du pont du petit Rhin après avoir tiré sur des bâtiments d'où partaient des coups de feu.
Après avoir franchi le pont du petit Rhin, toujours dans l'ordre CHERBOURG, SARREGUEMINES, à la hauteur de l'école qui était à notre droite, le CHERBOURG a été atteint par un projectile antichar venant de l'entrée de l'école.
Aussi vite que lui permettait sa tourelle à main, René FELER, tireur du SARREGUEMINES, qui avait son secteur de surveillance à droite à ce moment là, envoyait l'explosif retard qu'il avait dans le canon.
Du CHERBOURG, sortaient le pilote HOLSTEIN et l'aide-pilote CICERON, "sonnés" tous les deux, surtout HOLSTEIN qui criait "ZIMMER est mort" et que nous n'avons plus revu.
PASTOR, radio-chargeur du CHERBOURG a basculé de la tourelle (il avait l'oeil gauche crevé et le poignet gauche coupé) et Raoul GUILLAUMOT, le conducteur du Lt BESNIER l'a aidé à descendre avec EYCHARD, le tireur, blessé à la jambe gauche. "