Constructeur : RENAULT

Le FAIDHERBE fait partie des trois chars de remplacement du bataillon envoyés le lendemain même de leur perception au carrefour de Verberie puis à Pont-Ste-Maxence pour interdire l'accès du pont sur l'Oise. Avant que le pont ne soit détruit, il est envoyé à Liancourt. Il est détaché à la 3e compagnie du capitaine Bruneau puis il est envoyé sur Claye-Souilly où le FAIDHERBE trouve le CONDE.

Le 13 juin, les deux chars prennent position à la lisière d'un petit bois au Nord de Souilly, à 280 mètres du canal de l'Ourcq. A peine installés et camouflés depuis une heure, les deux chars aperçoivent une colonne motorisée ennemie débouchant devant eux à 2 km. Ils la laissent approcher jusqu'au moment où leur présence ayant été détectée, le feu est ouvert sur eux. Les deux chars, au canon et à la mitrailleuse mettent toute la colonne hors de combat en l'espace de trois quarts d'heure.

Après ce combat, le CONDE et le FAIDHERBE reçoivent l'ordre de se replier sur le village et les équipages sont relevés.
Le 15 juin 1940, le conducteur du FAIDHERBE, épuisé, perd le contrôle de son engin qui verse dans un trou de carrière. L'équipage tentera, toute la nuit, de dégager son engin. Il sera finalement sabordé à l'approche de de l'ennemi.

La fin du FAIDHERBE telle que relatée dans le journal de marche semble peu probable. Le 537 est photographié
par les allemands abandonné dans un sous-bois. Il y a certainement eu confusion avec le FAIDHERBE 483 du 46e BCC qui a bien été perdu dans les circonstances évoquées.

Equipage :

Chef de char : Aspirant Gaston Marelle.

Pilote : Sergent-chef Marcel Joly.

Aide-pilote : Caporal-chef Lemaitre.

Radio : Sergent-chef Pierre Millepreux.

 

Image Image
photo : Michel Naso