Constructeur : RENAULT

511e RCC 6e compagnie (1936)

Réarmé avec un canon de 47mm SA 35 et affecté à la 347e CACC

Le 3 juin 1940, le NANCY et quatre autres appareils de la 347e compagnie de chars de combat, de la 2e Division Cuirassée, ne peuvent pas prendre part à l'attaque de la tête de pont d'Abbeville le 4 juin, en raison de leur mauvais état mécanique. Ils sont envoyés pour réparation à la compagnie d'échelon 8/15 installée en haute forêt d'Eu.

Le 5 juin, sous la menace de la poussée ennemie, la C.E. 8/15 doit évacuer la haute forêt d'Eu alors que les cinq chars ne sont pas remis en état. Les équipages, sous la direction du sous-lieutenant Berlin et de l'adjudant-chef Mouton, ne voulant pas abandonner leurs chars, travaillent jour et nuit pour les remettre en état, malgré les bombardements répétés de l'aviation (6 juin : cinq heures, 15 heures, 18 heures, 21 heures). Dans la nuit du 6 au 7, n'étant plus couverts par aucune troupe, les chars se replient, trois seulement pouvant rouler par leurs propres moyens, doivent remorquer les deux autres.
La lenteur obligée de leur marche ne leur permet pas de rejoindre les éléments arrière de la 2e D.C.r. La rapidité de la progression ennemie les poussait vers la côte en direction de Forges les Eaux - Rouen.

Le 9 juin, à Mesnières (Haute-Normandie), le char NANCY tombe en panne de terrain  avant le passage de la rivière Béthune et doit être abandonné. Son équipage (adjudant chef Mouton, sergent Rosquoët, caporaux Lapierre et Monteau) le fait sauter et réussit à rejoindre la compagnie au sud de Paris, par Rouen, Le Havre et le bac du Hode.