Perçu par le 46e BCC 3e compagnie à Gien le 28 avril 1940.

Equipage :
Chef de char : Sous-Lieutenant Alexandre Vadon.
Pilote : Sergent-chef Henri Hochart.
Radio : Chasseur Roger Biedelez.
Aide-pilote : Chasseur Gilbert Lafabrie.

11 mai 1940, formation de la 4e D.C.r. dans laquelle les deux bataillons de chars B sont les 46e et 47e B.C.C. constituant la 6e demi-brigade.
14 mai 1940, cantonné à Mesves-sur-Loire, le 46e B.C.C. est alerté. Embarquement par voie ferrée sur 6 trains. Départ le 15 mai de la Charité-sur-Loire, le 16 mai débarquement à Crouy, 1 km Nord-est de Soissons.
Les 1ère et 2e compagnies, sur chenilles, se rendent aux lisières Nord-est de la forêt de Samoussy
17 mai 1940, combat de Montcornet.
19 mai 1940, combat de Crécy-sur-Serre, Mortiers, Laon.
28 mai 1940, combat de la tête de pont d'Abbeville : Huppy.
29 mai 1940, combat de la tête de pont d'Abbeville : Les Croisettes.
30 mai 1940, combat de la tête de pont d'Abbeville : Bienfay, Camp de César, Mont de Caubert.
Le 30 mai le VERCINGETORIX doit avancer à l'aile gauche de l'attaque. Au dernier moment, étant sur la base de départ, il est envoyé à l'aile droite. Sur les pentes du Mont de Caubert, il tombe sur l'arrière d'un canon de 88 mm. Les servants affolés se jettent à la lisière du bois voisin. Le sous-lieutenant Vadon effectue un tir au canon sur la pièce de 88, à la mitrailleuse sur la lisière du bois, continue sa mission et rentre à Bienfay.
Le 31 mai 1940; le 46e B.C.C. est retiré. Il va stationner à Doudelainville, 18 km Sud d'Abbeville, le 1er juin à Roi-Boissy, 21 km Nord-ouest de Beauvais.
Le 3 juin 1940, les trois chars qui restent à la 3e compagnie sont versés à la 1ère compagnie, lieutenant René Bibes :
481 VERCINGETORIX, 485 MAGINOT, 443 MARECHAL DES LOGIS DUMOUTIER.
Le 5 juin le 46e B.C.C. est à Auneuil, 9 km Sud-ouest de Beauvais.
Le 7 juin 1940, constitution du Bataillon de Marche 46/47.
Le 8 juin 1940, la 1ère compagnie BIBES verse à la 2e compagnie Ghislain les trois chars qui lui restent. Elle percevra 11 chars B1 bis neufs à Montlhéry.
Le 9 juin, le VERCINGETORIX est au P.E.B. 7 à Rosny-sur-Seine en échange de moteur. Il y est avec 13 autres chars dont dix ont été remis en état de marche.
Le 10 juin au matin, le P.E.B. 7 est parti. Il reste dans le parc 28 chars légers et 4 B1 bis : VERCINGETORIX, MAGINOT, GASTON DE FOIX, MALMAISON.
Le lieutenant Pierron, chef de section à la 347e C.A.C.C. reste au P.E.B. 7 avec une équipe du parc 28 pour essayer de sauver le VERCINGETORIX : assembler les ensembles, remonter le coupleur, le ventilateur, les plaques de blindage. Les pleins sont faits en vidangeant les engins abandonnés, tous les obus possibles à mettre dans le char sont chargés, le reste est enterré. Après 11 heures d'effort, le 11 juin dans la nuit, le char prend la route.
Le 12 juin 1940, le VERCINGETORIX est à Bouglainval, le 13 à Châteaudun, le 17 il passe la Loire au pont de Mer et à 6 heures du matin, il est à Muides sur la rive Sud de la Loire, à 30 km Sud-ouest d'Orléans.
Le 18 juin 1940, vers 3 heures, le lieutenant Pierron trouve un élément cuirassé et se met à la disposition de la 4e D.C.r.
Le VERCINGETORIX va à la compagnie du 47e B.C.C., du Bataillon de Marche 46/47, alors qu'il est à Bracieux, 19 km Sud de Mer.
Le VERCINGETORIX est abandonné à Noyers-sur-cher sur la N 675 (en face de Saint-Aignant), 38 km Sud de Blois, 32 km Sud-ouest de Bracieux dans des circonstances inconnues.

 




 


   


 

i