Perçu par la 3e compagnie du 41e BCC à Gien le 5 janvier 1940.

18 mai 1940  Attaque sur la côte 311 à Olizy sur Chiers (Meuse)
Sur la position de départ, son char 365 BARSAC ayant son moteur qui ne peut être mis en route, le Capitaine Delepierre monte à bord du MUSCADET : Capitaine Delepierre Christian, Sous-lieutenant Soret Georges, Aspirant Recoing Pierre, Sergent-chef Bourdet Léon, pilote, Sergent-chef Bordes Marcel, aide-pilote, Chasseur Heyraud Roger.
Le Sergent-chef Bordes Marcel, volontaire pour remplacer le Caporal Brouillaud Joseph, aide-pilote du MUSCADET qui avait subi un commencement d'asphyxie en participant au sauvetage de l'équipage du 314 SAMBRE le 17 mai. Brouillaud est décédé le 25 mai à l'hôpital. Le Sergent-chef Bordes sera le pilote du 315 MEURTHE le 12 juin.
Au moment où, à 20h45, est reçu l'ordre de faire demi-tour le char est percuté par un obus de 47 (français) qui traverse la fente de visée et blesse le pilote, Sergent-chef Bourdet à l'épaule, le mettant dans l'impossibilité de piloter le char. Le Sergent-chef Bordes prend sa place. Pendant le temps de ce changement, le char, sans pilote, qui est à flanc de colline part à la dérive en marche arrière. Le Sergent-chef Bordes réussit à remettre le moteur en route et repart. Peu après tombe un projectile de gros calibre (obus de 150) juste derrière la tourelle, sur le plafond du moteur, créant un gros entonnoir, et met le feu au char.
L'Aspirant Recoing, le Sergent-chef Bourdet et le Chasseur Heyraud sont tués.
Le Sous-lieutenant Soret et le Sergent-chef Bordes sautent du char, le Capitaine Delepierre se dégage avec peine par la  porte de tourelle et en rampant les rejoint.
Regagnant la base de départ par leurs propres moyens, pendant une demi-heure ils restent aplatis au sol sous un tir de 75.
Vers 21h30, ils regagnent la position de repli puis la route de Stenay où ils retrouvent les chars de la première compagnie vers minuit, étant monté, en cours de route, dans le 369 CORBIERES du Sous-lieutenant Tuffet.
Le 29 mai, le Lieutenant de Witasse Jacques, officier de renseignement du bataillon, et le Lieutenant Ledrappier Maurice, adjoint technique, font une reconnaissance et retrouvent les 3 chars CHARENTE, MUSCADET et TARN. Les trois tués du MUSCADET sont enterrés près du char.
Le 2 juin, le Capitaine Delepierre et le Sous-lieutenant Soret vont reconnaître le MUSCADET. A l'intérieur, des traces d'incendie, mélange de sang et d'essence, le haut du moteur brisé, réservoir crevé. Ils ramènent le casque de l'Aspirant Recoing, différentes affaires et du matériel.

 

Image Image
coll. Marco Trinei coll. Jean-Paul Pallud
Image Image