Constructeur : RENAULT

Souvenirs du Sous-lieutenant Bernard Lemaire, chef de char
"Le JOURDAN, sortant directement de chez Renault, a été pris en compte à Guyancourt par la 3e compagnie du 28e B.C.C. qui se reformait fin mai 1940.
Dès notre départ vers Roye dans la Somme, j'ai eu la désagréable surprise de constater que son Naëder était déficient. Le char devant faire trois manœuvres pour passer un carrefour à angle droit, j'ai du prendre la queue de la colonne et comme il faisait nuit, allumer le phare pour suivre les autres aux traces laissées sur la route. J'étais sur le char pour les voir et guider mon pilote par le moyen acoustique appelé "bigophone". Ce n'était pas du tout du goût des postes militaires que nous croisions et j'ai même reçu des menaces de mort pour le phare allumé. D'étape en étape, je suivais la compagnie et j'arrivai tant bien que mal dans le bois de Champien le 6 juin au matin.
N'ayant guère dormi depuis trois jours, je m'assoupis au pied d'un arbre en attendant l'heure H : 8h30. C'est alors qu'une forte explosion me fait tressauter et je me relève en me tâtant pensant qu'inévitablement je devais être blessé par un obus ennemi venant d'éclater tout prêt, cependant que l'aide pilote sort du char, le visage blême et vient me parler alors que je suis complètement sourd. C'est au bout d'un bon moment et en voyant la douille éjectée que je réalise qu'ayant mis un obus de 75 dans le canon, le coup est parti tout seul sans action sur la détente. Passant entre deux chars, l'obus est allé se perdre dans la nature. Comme il est rapporté dans le journal de marche du 28e B.C.C., le bataillon a ensuite été décimé par l'aviation et l'artillerie ennemies, puis le JOURDAN a fait partie des huit chars rescapés du bataillon et regroupés dans le bois de Mortemer. En s'y rendant par la route, ils ont essuyé les coups de feu d'un antichar français de 25 dissimulé dans le fossé bordant cette route. Touché mais non percé, le GALLIENI a eu son pilote blessé, heureusement sans gravité, par de nombreux petits éclats se détachant du blindage à l'intérieur du char.
Par la suite, le JOURDAN a été mis à la disposition du 25e B.C.C. (équipé de R 35) puis, en panne d'essence et d'huile de ricin pour le Naëder toujours défaillant et dans l'impossibilité d'utiliser son 75, a été sabordé à Noroy le 9 juin, du côté de St Just en Chaussée. "

Equipage :
Chef de char : Sous-lieutenant Bernard Lemaire
Pilote : Caporal Godard
Aide-pilote : Chasseur Magny
Radio : Chasseur Julien Gaudet

 

Image Image
coll. Laurent Rochelle coll. Antoine Misner
Image Image